La pêche est bonne pour Le Cri du Homard

En dépit du confinement, Le Cri du Homard, sorti en octobre chez Glénat, s’assure déjà une belle pêche d’éloges. Presse, libraires et blogs, petit tour d’horizon…

Rapide revue de presse, d’abord

Une idée de cadeau écolo pour les ados

Une histoire intense, inspirée et inspirant

Ce récit fluide ne tombe pas dans le dogme & permet de comprendre comment de tels projets voient le jour, et le poids (trop faible ?) donné à l’écologie.

Quand la collapsologie et l’éco-anxiété font naître une positive attitude

À lire !

Coup de cœur assuré pour cette collection, avec mention spéciale pour Le cri du homard. De quoi révolter une jeunesse prête à tout pour sauver la planète.

Les deux auteurs ont beaucoup de talent et nous proposent deux romans aussi différents que riches.

Les ados se reconnaîtront dans le langage sans détour que l’auteur emploie dans ce roman, et derrière lequel on sent poindre sa tendresse pour la jeunesse et ses préoccupations.

Des titres inspirants et positifs

Les nouveaux récits d’On est Prêt inspirent, et donnent envie d’agir à une échelle et dans un contexte qui nous sont familiers.

Une histoire d’amour sur fond de questions environnementales

Une démarche engagée et engageante !

Petit tour du côté des libraires

Un roman qui permet de s’évader dans le Cotentin tout en éveillant les consciences, parfait pour vos ados.

Aucun prosélytisme, ni jugement : seulement des adolescents qui ouvrent les yeux sur le monde qui les entoure et cela amène le lecteur à réfléchir à ses propres comportements. Défi relevé !

Un roman pour les ados qui ne rate pas sa cible !

Et les blogs sont loin d’être en reste

Par son style direct, franc, il injecte à merveille le côté revêche et plein de vie des adolescents pour porter cette cause écologique.
Un roman court, universel et à partager de toute urgence pour s’éveiller ensemble et nourrir le débat !

Agathocroustie
On retrouve la plume ultra fluide et moderne de l’auteur. Mais aussi son humour subtil et son sens des péripéties. (…) pas de temps mort dans ce roman engagé, original et dynamisant. (…)
Par ailleurs, j’ai adoré les descriptions des paysages et la dimension immersive du roman. C’est un véritable bout de Cotentin que l’auteur nous offre ici. Difficile de ne pas s’imaginer au bord de l’eau, à renifler les effluves iodées…
Un livre qui se partage donc habilement entre un récit très concret sur les conséquences de la bétonisation, et de l’élevage intensif. Et des passages plus émotionnels, presque lyriques, qui rendent hommage à une nature splendide.

L’ado accro aux livres
Un roman original qui fait prendre conscience des dégâts environnementaux d’un élevage extensif ! L’auteur a su trouver une intrigue peu commune – on ne voit pas souvent une histoire qui parle d’élevage extensif de homard 😂 – tout en sensibilisant le lecteur à l’écologie ! 🌱 Un grand bravo ! Je me suis énormément attaché aux personnages et j’ai trouvé ce texte extrêmement intéressant et happant 😍 Mille bravos encore et j’adorerais lire l’autre roman de la collection !

À travers son style direct, franc, l’auteur réussi à parler aux adolescents. Il injecte à merveille à Aurore (et à ses amis) un côté rebelle et ambitieux et en même temps une conscience sensible. (…) Digne d’une romance à la Shakespeare ! C’est un réel combat pour elle de trouver sa place. Ce roman agrémenté d’une partie « pour aller plus loin » permettra aux lecteurs curieux et motivés de se renseigner davantage sur la protection de l’océan ou encore la lutte contre l’artificialisation des littoraux. Aurore nous montre qu’il est possible d’ouvrir les yeux sur ce qui se joue mais surtout qu’il faut influer sur les sphères décisionnelles. Il est bien de se responsabiliser au niveau de notre consommation mais le véritable enjeu dépasse la dimension individuelle. Un roman qui va apporter de quoi nourrir le débat écologique !

Maguiarc
Deux histoires qui m’ont fait sourire et donné espoir. Tout n’est peut-être pas perdu. Des sujets graves bien traités, de façon légère et divertissante, pour éveiller les consciences et nous encourager à agir.

Une écriture relâchée et moderne.

Des romans aussi intéressants qu’engagés, forts sympathiques. Avec une histoire intéressante et bien construite !

À suivre…

Le Cri du Homard

Attention événement ! Glénat réalise un beau doublé en conciliant son grand démarrage en littérature Young Adult avec le lancement d’une collection unique, centrée sur les questions environnementales, en partenariat avec le collectif On Est Prêt.

Le Cri du Homard

À la suite d’un défi fixé par ses amies pour pimenter son été, Aurore se fait embaucher à la conserverie de homards du village ennemi, dont l’important projet d’extension n’a que faire du littoral. Elle se lance avec ambition dans cette nouvelle mission, mais le projet divise la région plus que jamais…

Je retrouve avec plaisir le Cotentin pour y inscrire mon intrigue, et m’y interroger en compagnie de mes personnages, sur la délicate conciliation équilibre économique et responsabilité environnementale.

« Ce qui m’emballe dans ce projet, ce sont tous les exemples à mettre en avant, ces idées à imaginer, ces solutions à inventer pour demain… Dès que l’éditrice à l’initiative du projet, m’a parlé de la collection, j’ai dit banco, ravi de cette passerelle créée entre les possibilités de la fiction et les réponses très concrètes du collectif #onestpret. » 💪

Ce qu’en a dit France Inter dans sa matinale du 6 décembre 2020 :

Pour l’occasion, Glénat, la librairie Le Divan perché et le collectif On est prêt s’associent pour un événement de lancement, le mercredi 14 octobre, à 19h.
Oh la belle excuse pour venir également découvrir l’autre roman de la collection, L’été du changement, signé de la talentueuse Sophie Adriansen. Alors hop hop hop !

Et retour sur cette chouette soirée en images…

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi…

(sans plus avoir besoin de le demander…)

Perluète, le magazine de Normandie Livre et Lecture, me fait l’honneur d’un portrait écrit et vidéo dans son numéro d’automne 2020.

L’occasion de parler de mes engagements en faveur des auteurs et autrices jeunesse, de plus d’égalité et de diversité, mais aussi de mon attachement au Cotentin, mon territoire d’adoption, et de mon désir d’inscrire mes récits dans une réalité géographique.

La littérature jeunesse était pour moi un hasard…
Elle est devenue une évidence.

De quoi revenir sur les inspirations et la genèse de mes différents romans parus notamment au Rouergue, chez Slalom, Auzou et aussi sur le petit dernier à paraître chez Glénat le 14 octobre 2020, Le cri du homard !

Alors bonne lecture et bon film !

Et merci beaucoup aux équipes de Perluète !

Magda. Premiers échos…

Le Courrier Picard

Un roman pour la jeunesse très remarqué, qui se passe en Picardie. 



Invité du 19/20


La vie des livres

Comment faire, dès lors, pour trouver sa place ? Voici un thème cher à Guillaume Nail qui se plaît, comme dans ses précédents romans, à placer ses héros dans un environnement nouveau, bouleversant tous leurs repères.


France Bleu Picardie

Magda sélectionnée pour le « Label Bleu »
Très jolis mots de notre région…

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18060-25.01.2019-ITEMA_21961088-0.mp3


La Manche Libre


Air for Kids

 

Un récit réaliste, aussi touchant que cocasse.

 


La Presse de la Manche

Un sujet d’actualité qui peut facilement être transposé, un sujet universel.

 

Magda

© Terkel Risbjerg

Magda quitte la Picardie pour le Cotentin, où ses parents ont racheté le café du village.
Si ces derniers s’intègrent rapidement à leur nouvel environnement, Magda, elle, a de gros soucis :
la Picardie lui manque, personne ne
la comprend et les enfants éclatent de rire dès qu’elle ouvre la bouche.
Parviendra-t-elle à trouver sa place ?

Illustré par Terkel Risbjerg

Sélections & Prix
Coup de cœur de Lire, c’est du délice, festival du livre jeunesse d’Amiens
Sélection Prix de la ville du Touquet
Sélection Prix du roman Médiathèques de Saint-Nazaire

 

Passerelle(s) vers le Limousin

Prix Passerelle(s)

Chouette, Qui veut la peau de Barack et Angela est sélectionné pour le Prix Passerelle(s), qui réunit plus de 2 000 élèves de 20 établissements !
À cette occasion, j’aurai la chance de rencontrer les 17 et 18 mai des  lecteurs de Limoges, Uzerche, Beynat et Lubersac !


De quoi découvrir plus en détail une région que j’aime déjà beaucoup.


Rencontre-dédicace

Et pour démarrer les hostilités, rendez-vous dès le mercredi 16 mai pour une rencontre dans le cadre de la librairie Rêv’en Pages.
Mercredi 16 mai
15h-17h
Libraire Rêv’en Pages.

 


 

Valence Scénario : Semaine marathon

Valence Scénario
Du mercredi 4 au samedi 7 avril, Valence accueille la 21e édition du festival international des scénaristes.
L’occasion de célébrer le scénario sous toutes ses formes et, comme souvent, de se raconter des histoires.


Cadavre exquis :
le fil rouge des festivaliers

Chaque soir, j’animerai pour le compte de l’association Séquences 7 le Cadavre exquis. Créé par la Mafia Princesse, c’est l’occasion de se retrouver entre scénaristes, festivaliers et habitants de Valence pour écrire en direct 3 épisodes d’une même série. Joués par les ligues d’improvisation de la ville.

Mercredi 4 avril. 20h
Épisode #1. Lézarts Café

Jeudi 5 avril. 20h
Épisode #2. Le Cause toujours

Vendredi 6 avril. 20h
Épisode #3. Un air de famille

Samedi 7 avril. 14h
L’intégrale. Chapiteau du Festival


Rencontre-dédicace

Valence Scénario sera aussi l’occasion de discuter avec mes jeunes et moins jeunes lecteurs lors d’une rencontre-dédicace.
Vendredi 6 avril
15h-18h
Libraire L’Étincelle.

 

Cap sur l’égalité Femmes-Hommes à Cherbourg-en-Cotentin

Luttons contre le sexisme !

Du 15 au 24 mars 2018, Cherbourg-en-Cotentin organise la 19e édition du Festival Femmes dans la Ville.

Formidable rassemblement populaire destiné à promouvoir l’égalité femmes-hommes, le festival se décline cette année autour du thème « Les femmes et la guerre »


Mon programme

Samedi 17 et Dimanche 18 mars. 13 h – 18 h

La Cité des Mots.
Un salon littéraire dédié à l’égalité. J’y serai en dédicace tout le week-end.

Dimanche 18 mars. 14 h 15

Table ronde
Une façon d’écrire ou d’éditer non sexiste ?
Avec les éditions Talents Hauts et D’égale à égal


Vendredi 23 mars. 9h

Rencontre
Sexisme et stéréotypes : le rôle de la littérature jeunesse
Lycée Jean-François Millet


 

Les filles veulent zigouiller des dragons et les garçons aiment les histoires de poneys…

Ma tribune pour lutter contre le sexisme en littérature jeunesse, parue sur les sites Actualitte.com et Cheekmagazine.fr

#STOPSEXISME TRIBUNE – Depuis plusieurs semaines, ActuaLitté et la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse proposent aux membres une tribune. C’est une porte à ouvrir pour évoquer les joies et les contrariétés du métier d’auteur, ce qui se trame entre les lignes et les pages. Guillaume Nail est scénariste et auteur, et membre du conseil d’administration de la Charte. C’est lui qui prend la parole aujourd’hui.


Guillaume Nail © Lisa Lesourd
En mars dernier, j’ai été parrain du festival Femmes dans la Ville, à Cherbourg-en-Cotentin, qui œuvre depuis plus de quinze ans en faveur de l’égalité femmes-hommes. Dans ce cadre, je devais répondre à l’épineuse question : la littérature (jeunesse) est-elle sexiste ?
Naïf que je suis, j’étais certain de dénicher les doigts dans le nez pléthore d’éléments pour illustrer mon propos. L’égalité femmes-hommes est plus que jamais dans l’air du temps (Eh, Manu, tu m’entends ?) et nul doute que la littérature jeunesse avait depuis longtemps pris la question à bras le corps, à grand renfort d’études, d’actions et de bonnes pratiques.
Patatras. En réalité, je découvrais des études vieilles des années 1990, de rares maisons d’édition clairement revendiquées anti-stéréotypes – merci entre autres à Talents Hauts – et des auteurs, libraires, chercheurs – motivés mais engagés en ordre dispersé –, dont les témoignages et articles sonnent comme autant d’appels au secours à peine entendus malgré l’urgence de la situation.
Pire encore : quand une figure de proue comme Clémentine Beauvais s’autorise ne serait-ce qu’à s’interroger sur la majorité de prix littéraires décrochés par des hommes dans un secteur aux deux tiers féminin, la voilà confrontée à une levée de boucliers (eh, les gars, elle pose juste la question…).
Et je ne parle pas des maisons d’édition qui cèdent aux sirènes commerciales en segmentant les lectures pour filles et celles pour garçons – avec les ravages que cela entraîne en matière de conditionnement. Et des nombreux ouvrages qui continuent – souvent sans même en avoir conscience – d’assigner aux parents, enfants, animaux, des rôles clairement marqués par une vision binaire de la société.
J’entends déjà les sempiternelles objections : « Mais ça va beaucoup mieux, voyons ! » « Les enfants sont capables de faire la part des choses. » (ben tiens !) Ou encore : « Franchement, y a pas plus grave comme sujet ? »
Eh bien NON !

Cette question est ABSOLUMENT FONDAMENTALE. Loin d’être acquise, l’égalité entre les femmes et les hommes, entre les filles et les garçons, et a fortiori la lutte contre toutes les formes de stéréotypes et la promotion d’une représentation équitable des diversités dans la littérature, forment un enjeu essentiel. Parce que l’égalité ne progresse que trop lentement, il faut sonner la charge en ordre groupé. Et sans attendre. J’ai donc envie de dire : Taïaut !

La Charte doit s’engager ! 

Association pour les auteurs par les auteurs, riche de 1 300 membres, la Charte est au cœur de la chaîne du livre jeunesse. Je l’invite aujourd’hui à prendre ce problème à bras le corps et à faire ce qu’elle sait faire de mieux : tirer profit des bonnes volontés, des bonnes âmes et de toutes les énergies positives et progressistes pour FÉDÉRER et faire évoluer les mentalités.

© Gwenaëlle Doumont

Qu’elle fasse fructifier l’action de toutes celles et tous ceux qui chaque jour œuvrent dans leur coin pour que filles et garçons, femmes et hommes puissent enfin se réaliser dans leur vie, hors de toute projection sexiste et stéréotypée ! Qu’elle conjugue les atouts de nos initiatives isolées pour décliner un programme ambitieux et concret !

1. L’état des lieux

Il est urgent de dresser un bilan exhaustif du secteur – que je redoute peu glorieux : combien d’héroïnes pour combien de héros dans les livres jeunesse ? Combien de mamans ourses s’obstinant à porter un tablier quand leur crocodile de mari bricole trankilou ? Quels écarts de rémunération entre les femmes et les hommes ? Quelle représentation des uns et des autres dans les salons, colloques, prix littéraires ?

Quelle parité dans les volumes d’achats des collectivités locales ? En partenariat avec tous les acteurs de la chaîne du livre, en concertation avec les institutions et l’État (Eh Manu, tu m’entends toujours ?), dotons-nous des indicateurs qui nous permettront de hiérarchiser les domaines d’action et de mesurer les progrès réalisés.

2. La boîte à outils

Il est urgent de diffuser les bonnes pratiques. Toi auteur, toi bibliothécaire, toi éditeur qui fourmille de bonnes idées pour que la littérature jeunesse propose un prisme moins stéréotypé de la société, ton savoir est précieux : identifions ce qui fonctionne à l’étranger, en local, à grande échelle, partout en France, pour diffuser ces outils à tous les acteurs du secteur.

Proposons des formations dédiées et des actions de sensibilisation : comment déconstruire ses propres stéréotypes ? Comment écrire des personnages hors clichés ? Comment faire passer le message ? C’est par la somme de tous ces apports que le secteur dans son entier pourra effectuer sa mue et gommer ses représentations sexuées.

3. La vitesse supérieure

Il est urgent d’arrêter de tergiverser. Quels que soient les arguments qu’on leur oppose, des mesures comme l’obligation de parité sur les listes de candidats en politique, ou l’instauration de quotas dans les conseils d’administration font avancer les choses dans le bon sens – notamment en multipliant les modèles de projection pour les femmes. Alors interrogeons-nous sur les moyens contraignants à notre portée : instauration d’un label pour les achats en bibliothèques ? Boycott des éditeurs sexistes ? Sanctions, pénalités, obligation à transparence sur les rémunérations ? Autant de pistes qui pourraient accélérer les choses.
Toutes vos idées sont les bienvenues. Car tous les moyens, toutes les volontés et tous les engagements féministes sont bons à prendre dès lors qu’ils tendent vers un même but. Dès à présent, je vous invite à me faire part de vos commentaires, de vos idées, de vos actions et de vos témoignages à l’adresse mail dédiée : stop.sexisme@yahoo.com.
Et ensemble, avec la Charte, menons ce vaste chantier pour qu’enfin sexisme, stéréotypes, clichés et discriminations ne soient plus qu’un mauvais souvenir dans la littérature jeunesse.

Chiche ?

Guillaume Nail est auteur, scénariste et féministe.

Son prochain roman, Bande de Zazous !, paraît aux éditions du Rouergue en septembre 2017.

 

Cherbourg fête le livre jeunesse

 

Pour ses 30 ans, le Festival du livre de jeunesse et de bande dessinée de Cherbourg a vu les choses en grand.
4 jours de festival, des concerts, des dédicaces et des rencontres à la pelle.

Au programme

Des échanges très intéressants avec les élèves des collèges alentour (Bricquebec, Les Pieux, Saint Vaast et Beaumont-Hague) et leurs enseignants, mais aussi  de belles rencontres avec tous les autres auteurs et illustrateurs présents…

Sans oublier des interviews dans La Presse de la Manche et sur France Bleu Cotentin

pour parler de Qui veut la peau de Barack et Angela, et de l’exposition Dans la peau d’un auteur jeunesse, organisée par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse.

Bref, triple strike et 4 jours qui ont défilé à toute vitesse…