Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur moi…

(sans plus avoir besoin de le demander…)

Perluète, le magazine de Normandie Livre et Lecture, me fait l’honneur d’un portrait écrit et vidéo dans son numéro d’automne 2020.

L’occasion de parler de mes engagements en faveur des auteurs et autrices jeunesse, de plus d’égalité et de diversité, mais aussi de mon attachement au Cotentin, mon territoire d’adoption, et de mon désir d’inscrire mes récits dans une réalité géographique.

La littérature jeunesse était pour moi un hasard…
Elle est devenue une évidence.

De quoi revenir sur les inspirations et la genèse de mes différents romans parus notamment au Rouergue, chez Slalom, Auzou et aussi sur le petit dernier à paraître chez Glénat le 14 octobre 2020, Le cri du homard !

Alors bonne lecture et bon film !

Et merci beaucoup aux équipes de Perluète !

La littérature jeunesse est-elle de la « vraie » littérature ?

(extrait de ma tribune parue dans Le Monde le 28.11.19)

@Julien Benhamou

La réponse est non, malheureusement, et c’est le président de La Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse, créée en 1975 et représentant pas moins de 1 400 auteurs et autrices jeunesse, qui le dit.

Si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, elle serait payée comme telle par les maisons d’édition.
Or, elle est « systémiquement » moins rémunérée que la littérature dite « générale » : un pourcentage moyen de 5,2 % des recettes (à partager très souvent entre auteur et illustrateur), contre 7,2 % pour les autres catégories de publications, indique le baromètre des relations auteurs-éditeurs de mars 2018 SCAM/SGDL. Et le dernier à-valoir le plus élevé perçu par chaque auteur s’élève en moyenne à 2 426 euros en littérature de jeunesse contre 13 200 en littérature générale (hors sciences humaines, essais et bande dessinée), selon le rapport « La situation économique et sociale des auteurs du livre » publié en 2016 par le Centre national du livre – rencontres, lectures, actualités (CNL) et le Ministère de la Culture.

Si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, elle serait estimée comme telle par les pouvoirs publics.
Or, le ministre de la culture, Franck Riester, s’il est finalement venu inaugurer cette année le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, avait brillé par son absence en 2018, mais aussi aux dernières Assises de la littérature jeunesse, en octobre, pourtant placées sous l’égide de son ministère. Quant au ministre de l’éducation nationale, sa méconnaissance de la vitalité de la littérature jeunesse contemporaine l’a conduit à promouvoir la lecture en faisant éditer et distribuer chaque année à grands frais aux élèves de CM2, comme « livre pour l’été », les fables de La Fontaine. N’y aurait-il donc pas d’auteurs ou autrices jeunesse contemporains dignes de voir leur œuvre distribuée ?

Si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, elle serait appréhendée comme telle par les organismes de protection sociale.
Or, depuis le 1er janvier 2019, les rencontres en milieu scolaire, propres à la littérature jeunesse, subissent un chaos administratif qui témoigne d’une désinvolture manifeste à l’égard des conditions de travail des auteurs et autrices jeunesse. Les établissements scolaires souffrent d’un cruel déficit d’information, ne sont pas accompagnés dans l’application des réformes en cours et des dizaines de dossiers doivent être remontés un par un aux ministères par les associations, afin de débloquer des rémunérations retenues pour certaines depuis un an.

Si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, elle serait envisagée comme telle par les médias.
Or, la télévision, qui se repaît pourtant des créations jeunesse contemporaines en les adaptant régulièrement sous forme de dessins animés, s’évertue à ignorer systématiquement la littérature jeunesse dans les rares émissions littéraires qu’elle propose encore. Sauf une fois par an, salon de Montreuil et Noël obligent…

Si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, elle serait accueillie comme telle.
Or, des salons du livre opèrent trop souvent un distinguo. D’un côté, ils alignent les auteurs et autrices jeunesse dans des espaces de dédicaces confinés, tels des poulets de batterie, les logent dans les hôtels de périphérie et les nourrissent dans les restaurants de moindre qualité. De l’autre, auteurs et autrices de littérature générale bénéficient de conditions d’accueil nettement plus confortables.

Enfin, si la littérature jeunesse était considérée comme de la « vraie » littérature, ses auteurs et autrices demanderaient à être traités comme tels. Et refuseraient les modalités financières qu’on leur propose, boycotteraient toute maison d’édition, tout salon qui les maltraite ou s’insurgeraient contre les pouvoirs publics qui les dénigrent. Un véritable examen de conscience s’impose, pour comprendre les responsabilités de chacun. Et c’est le système tout entier qu’il faut interroger, y compris les leviers à l’œuvre, parfois inconscients.

Car à l’instar d’autres secteurs, la littérature jeunesse est aussi moins rémunérée et moins valorisée parce qu’elle reste un secteur très féminisé, 70 % des adhérents à la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse étant des femmes. Malgré ces constats maintes fois répétés, la société continue de déconsidérer les activités dans lesquelles les femmes sont majoritaires. Et s’adresser à la sphère de l’enfance n’arrange rien. Il faut en finir une bonne fois pour toutes avec ces différences de traitement et ces schémas archaïques en prenant la situation à bras-le-corps.

Pour qu’enfin la littérature jeunesse et ses auteurs et autrices soient traités à leur juste valeur. Celle d’une « vraie » littérature, dynamique, exigeante et prospère –qui contribue malheureusement beaucoup à la bonne santé du secteur de l’édition dans son ensemble sans en tirer profit pour autant.

À ce titre, elle mérite qu’on la considère bien au-delà de son salon annuel.


➡️ L’intégralité de ma tribune
à retrouver ici sur le site du Monde

Magda à l’honneur à Amiens

Lire, c’est du délice !

Magda (Auzou) est coup de cœur du festival Lire, c’est du délice, à Amiens.

Et j’ai le très grand plaisir d’être le président du jury « Création d’une fable »

Alors c’est parti pour quatre jours de folie

⇒ avec notamment des rencontres scolaires le jeudi 7 et vendredi 8 novembre.
⇒ et un week-end dédicace le samedi 9 et dimanche 10 novembre.

Mais Lire, c’est du délice, c’est aussi :

Samedi 9 novembre – 15h30
Échange autour de Magda
Avec Alexandra Oury, journaliste littéraire

Samedi 9 novembre – 16h
Remise des prix du concours
« Création d’une fable »

Et des dédicaces tout le week-end

Samedi 9 novembre
De 10h à 12h30 et de 13h à 18h

Dimanche 10 novembre
De 10h à 12h30 et de 13h à 17h

Pôle universitaire de la Citadelle
10 rue des français libres. Amiens

Retour en images…

Pau : en route pour Graines de lecteurs

Graines de lecteurs

Bande de Zazous ! (Rouergue) est sélectionné au  festival Graines de Lecteurs à Pau.

© Camille Jourdy

Alors c’est parti pour une journée de rencontres scolaires le vendredi 17 mai, et le Forum des auteurs et des autrices, le samedi 18 mai, de 10h à 15h.

Avec un line-up de folie !

Manon Fargetton
Christophe Mauri
Claire Castillon
Valentine Goby
Anne-Gaëlle Balpe
Alexandre Chardin

Et c’était plus que chouette, la preuve en images :

 

Cap sur l’égalité Femmes-Hommes à Cherbourg-en-Cotentin

Luttons contre le sexisme !

Du 15 au 24 mars 2018, Cherbourg-en-Cotentin organise la 19e édition du Festival Femmes dans la Ville.

Formidable rassemblement populaire destiné à promouvoir l’égalité femmes-hommes, le festival se décline cette année autour du thème « Les femmes et la guerre »


Mon programme

Samedi 17 et Dimanche 18 mars. 13 h – 18 h

La Cité des Mots.
Un salon littéraire dédié à l’égalité. J’y serai en dédicace tout le week-end.

Dimanche 18 mars. 14 h 15

Table ronde
Une façon d’écrire ou d’éditer non sexiste ?
Avec les éditions Talents Hauts et D’égale à égal


Vendredi 23 mars. 9h

Rencontre
Sexisme et stéréotypes : le rôle de la littérature jeunesse
Lycée Jean-François Millet


 

Parrain du Festival Femmes dans la ville – Cherbourg-en-Cotentin

Affiche Festival Femmes dans la ville Cherbourg 2017Luttons contre le sexisme !

Du 3 au 12 mars 2017, j’ai eu le très grand plaisir d’être parrain du Festival Femmes dans la Ville, de Cherbourg-en-Cotentin.

Formidable rassemblement populaire destiné à promouvoir l’égalité femmes-hommes, le festival se décline cette année autour du thème « L’art a-t-il un genre ? »


Au programme pendant ces 10 jours

Lancement officiel du festival.
Le Qasar


cherbourgeoiseLa Cherbourgeoise.
Grande course pour l’égalité. Ouverte aux femmes et aux hommes !
Place du Général de Gaulle


Julie Gayet

Le cinéma a-t-il un sexe ?
Les deux volets du documentaire, en présence de la réalisatrice et marraine du Festival Julie Gayet
Cinéma l’Odéon


jeunesstereotypesDélibérations du concours « Égalité, sexisme et stéréotypes »
Le Qasar


Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexismeConférence-Débat « Décodons le sexisme dans la littérature ».
Avec Catherine Beaunez et Perrine Rouillon, du Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme
Suivie d’une séance de dédicaces


Quelques souvenirs en images…

Un premier court-métrage

JoyeuxAnniversaireJoyeux Anniversaire (je n’avais rien demandé) est un scénario co-écrit et co-réalisé avec Yves Deloison et produit par Folle Allure / Lucie Fichot.

Le court-métrage est en recherche de financement et compte notamment au casting Manuel Blanc et Thierry Lopez…

Plus d’infos très bientôt…